EXPOSITION « CLEMENCEAU: Le Tigre et l’Asie » au Musée National des Arts Asiatiques- Guimet (Paris) du 12 mars au 16 juin 2014.

                                                

                                                     UN HOMME, UNE PASSION

 Clemenceau
Pourquoi, il faut aller voir cette exposition:
   1- Pour le Musée Guimet, dont l’exotisme nous transporte instantanément en un ailleurs habité et où la qualité et la densité des collections sont à découvrir, je vous le conseille, région par région (Inde, Chine, Japon), thème par thème (Bouddhisme, art du thé, la Chine des lettrés) ou encore technique par technique (sculptures, céramiques, estampes).
   2- Parce-qu’elle met en lumière la dimension humaine mal connue de ce grand homme politique qu’était Georges Clemenceau, sa passion pour l’Extrême-Orient, son goût du voyage, sa quête spirituelle.
   3- Parce-qu’elle montre comment Histoire, politique et Arts peuvent être liés et quelles projections sont à faire aujourd’hui.
  4- Parce-qu’on en sort moins bête qu’on y est entré: Ma préférence va toujours vers les expositions où la dimension esthétique est amplifiée par la vocation didactique.
 façade du Musée Guimet
L’homme Clemenceau (1841-1929):
   Clemenceau est médecin, grand voyageur très tôt. Il entre en politique dans le tumulte de la Commune (1870-1871), d’abord maire de Montmartre puis député de Paris. Journaliste, il combat le colonialisme de Jules Ferry, puis Gambetta. Il sera Ministre de l’intérieur puis Président du Conseil en 1906. Octobre 1909 voit la chute du cabinet Clemenceau. Président des commissions des Armées et des Affaires étrangères au Sénat en 1915, il sera à nouveau Président du Conseil en novembre 1917. Son talent d’écrivain et de journaliste sera couronné par son élection à l’Académie Française en 1918.
   Promoteur du dialogue entre les civilisations, qu’est-ce qui a déclenché son attirance et sa passion pour l’Extrême-Orient? A quelle occasion a-t-il rencontré cette culture?
   Probablement d’un naturel humaniste et ouvert, il côtoie les grands collectionneurs dont les yeux sont alors tournés vers le Japon. Il n’existe pas de documents mais l’on suppose que dans le contexte diplomatique de l’époque, sa rencontre avec le Prince Saionji Kinmochi, aux alentours de 1872 a pu être décisive. Il pousse alors plus loin son investigation vers l’art et la civilisation de l’Extrême-Orient, c’était un vrai souhait pour lui au delà de la collection des objets, d’en apprivoiser toute la signification. Clemenceau s’est avéré être un passeur entre l’Asie et le public français: Il favorisera la création au Musée du Louvre d’un département Arts Asiatiques et fera même don au Musée Guimet d’une cinquantaine de ses œuvres.
  Visite de l’exposition:
  Cette exposition a pour objet de montrer un aspect inconnu de Georges Clemenceau: Sa passion pour l’Extrême-Orient. A l’initiative de Matthieu Séguela dont la thèse de Doctorat: « Clemenceau et l’Extrême-Orient » a été distinguée en 2012 et d’Aurélie Samuel à qui l’expertise de la vente d’art japonais de Clemenceau a été confiée par ses héritiers, elle fut l’occasion (et le prétexte) de retrouver les objets de la collection de Clemenceau dispersée en 1894, une grande partie ayant été vendue aux enchères pour des raisons économiques.
  La visite commence par une salle dont la scénographie (velours rouge foncé sur les murs, plinthes en bois) rappelle l’appartement ou le bureau du Ministère de Georges Clemenceau;   Des portraits de l’homme, peintures, photographie et un superbe buste en bronze de Rodin de 1911, prêté par le Musée éponyme en sont le point de départ.
Buste en bronze de Clemenceau par Rodin
 On voit que Clemenceau a commencé par collectionner l’Art Japonais, comme ses contemporains. L’exposition est concentrée sur sa collection reconstituée (800 objets) mais non exhaustive , dont les éléments sont différenciés par des étiquettes sur les cartels, contrairement à ceux prêtés par les différents musées. Les pièces remarquables de cette partie sont deux magnifiques sculptures  grandeur naturelles en bois de cyprès aux yeux incrustés de cristal de roche: Le portrait d’un moine du XVI e siècle et le portrait d’un laïc de la période japonaise d’Edo ayant figurés dans la première section du Musée du Louvre consacrée aux Arts Asiatiques. Georges Clemenceau a été très actif dans la diffusion de l’Art Japonais auprès du public et des artistes de l’époque grâce notamment à la grande exposition sur « Les Maîtres Japonais » à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris dont une affiche originale est témoin ici.
Portrait d'un laïc, sculpture bois de cyprès et cristal de roche (Japon, époque d' Edo)

Portrait d’un laïc, sculpture en bois de cyprès aux yeux en cristal de roche (Japon, époque d’ Edo)

Puis, une salle consacrée au Bouddhisme car l’homme pensait qu’ à travers les objets on pouvait appréhender les philosophies extrêmes-orientales. Y est retracée toute l’histoire de la céramique (grès ou terre cuite) avec des boites à thé et à encens japonaises (kôgôs) dont Clemenceau a collectionné 3000 pièces. Il avait été impressionné quand il avait assisté à une vraie Cérémonie du thé.

boites à thé expo Clemenceau

La visite se poursuit le long d’un couloir retraçant son voyage en Asie en 1920 relaté par un grand nombre de photographies et de témoignages. Il est entré en Inde par Ceylan, puis a continué en Asie du Sud-Est. Il avait déjà 80 ans. Il a visité l’impressionnant site de Borobudur à Java, Bali, est allé par deux fois à Singapour, notamment pour y inaugurer la « Clemenceau Avenue ». Il a aussi été invité en Malaisie et en Inde à la chasse au tigre. Mais c’est en Inde qu’il a un coup de cœur: Quand il visite le nord de l’Inde (qui n’était pas encore le Pakistan), il est frappé par l’Art syncrétique du Gandhara dit Art Gréco-indien , lui qui appréciait tant l’Art Grec. On trouve dans cette salle les belles reconstitutions du  peintre Sarkis Katchadourian connu pour ses reproductions de fresques persanes et indiennes acquises par le Musée Guimet en 1939.

Viennent ensuite des salles avec des objets ayant appartenu à Clemenceau ainsi que l’évocation de sa maison de campagne de Saint-Vincent-sur-Jard:

-Des objets relatant la pièce qu’il a écrite: « Le voile du Bonheur » qui se situe en Chine. On peut en écouter la musique spécialement jouée pour le Musée des A. A. Guimet, d’après la partition originale de Gabriel Fauré.
-Le Japonisme, avec de somptueux objets de la collection de G. Clemenceau: De très beaux cabinets à encens en bois laqué, de très rares estampes japonaises ainsi qu’une rare collection de masques du théâtre Nô. Une belle estampe d’un acteur de Kabuki montre son attrait pour l’ensemble du théâtre japonais. De par sa position et son goût, Clemenceau avait accès à des pièces rares et peu collectionnées qu’il affectionnait particulièrement comme  les Koinoboris (bannières-poisson) qu’il avait l’habitude de hisser pour marquer sa présence à Saint-Vincent-sur-Jard et que le Musée Guimet va hisser également, nous a confié une des commissaires de l’exposition, comme un clin d’œil pour signifier la présence de G. Clemenceau au Musée!

masque théatre Nô expo Clemenceau Guimet

Sa maison de campagne et son jardin au bord de l’océan reflètent entre autre son amitié avec Claude Monet. Le peintre n’est venu qu’une fois à Saint-Vincent-sur-Jard mais Clemenceau a souvent rendu visite à Claude Monet à Giverny.
L’Exposition se clôture en beauté avec un tableau de Nymphéas de Monet provenant d’un Musée allemand et jamais montré jusque-là en France (sachant que Clemenceau a joué un rôle important pour le cycle des Nymphéas de Monet au Musée de l’Orangerie de Paris) et, comme elle a commencé, par des bustes de Clemenceau par Rodin, mais en plâtre ou en pierre cette fois.

Buste de Clemenceau en plâtre, par Rodin.

Buste de Clemenceau en plâtre, par Rodin.

Après avoir traité l’aspect artistique et culturel de l’intérêt que portait G. Clemenceau à l’Extrême-Orient, le parcours traverse une galerie pédagogique consacrée à l’Histoire et à l’homme politique. A noter que cette exposition a obtenu le « label Centenaire » de la Mission commémorative de la Première Guerre mondiale et fait partie du programme officiel commémoratif de l’Etat.
La visite se poursuit enfin au premier étage dans la bibliothèque (avec la façade du Musée classée également, c’est la seule salle conservée d’origine). Une chapelle Bouddhique est entièrement reconstituée avec des objets du Musée Guimet comme Clemenceau avait pu la voir en 1891.  Quatre cérémonies Bouddhiques avaient alors eu lieu en sa présence, parmi les premières en Europe, événements à fort retentissement, puisqu’ils avaient bénéficié de plus de 140 articles dans la presse.

#Bibliotheque du #Musee des Arts-Asiatiques-  #Guimet (classée aux Monuments Historiques) où sont reconstitués à l'occasion de l'exposition #Clemenceau les éléments des cérémonies Bouddhiques auxquels le Tigre a assisté dans ce même lieu en 1891.

Bibliothèque du Musée Guimet (classée). Reconstitution d’une chapelle Bouddhique

Pour une fois cette très importante exposition ne restera pas parisienne, elle poursuivra son chemin à Nice au Musée Départemental des Arts Asiatiques (du 5 juillet au 6 octobre 2014) ainsi qu’à l’Historial de la Vendée – Les Lucs-sur-Boulogne (du 25 octobre 2014 au 25 janvier 2015), deux Institutions partenaires dont le Musée Guimet a bénéficié du concours scientifique.
Un cycle de conférences et des événements sont également liés à l’exposition.
Je vous conseille enfin un billet jumelé qui cumule l’exposition temporaire et la visite du Musée, mais notez que les salles de la Chine du 2 e étage sont fermées jusqu’au 25 mars 2014.

Bonne visite à tous et à très bientôt sur GRAFFITI, le blog du STUDIOLO Paris!

Du 12 mars au 16 Juin au MNAAG

6, Place Iéna

75116 Paris

Pour toute information sur les articles de GRAFFITI: contact@studiolo-paris.com

Graffiti est un Blog indépendant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s