JEFF KOONS: la rétrospective, au Centre Pompidou (Paris) jusqu’au 27 avril 2015

413603_jeff-koonsJEFF KOONS L’ILLUSIONISTE

Logo Globes de Cristal

Nommée aux Globes de Cristal 2015 dans la catégorie: « Meilleure exposition »

Par un parcours chronologique et exhaustif constitué de 100 sculptures et peintures, les commissaires de l’exposition visent (et réussissent) à montrer la cohérence, l’unité et la diversité de l’oeuvre de cet artiste pour le moins controversé. Cette exposition a été conçue en collaboration avec le Whitney Museum of American Art de New-York où elle a été proposée en 2014.
Le travail de Jeff Koons est un art figuratif qui s’apparente au mouvement du Pop Art. Les thèmes et sujets traités issus de la culture populaire, ne cherchant pas de hiérarchie entre les icônes et les objets de consommation courante sont donc classiques de ce mouvement; l’originalité se situe dans le traitement de ceux-ci: Artiste dit conceptuel, Jeff Koons a une vision et met tout en oeuvre pour la réaliser (ou plutôt la faire réaliser ) avec un perfectionnisme obsessionnel au point de convoquer un prix Nobel de physique pour résoudre des problèmes techniques, de parsemer une toile de numéros pour que ses assistants reproduisent à l’identique un sujet ou de rejeter plusieurs fois une sulpture pour obtenir une surface « pure ». Car c’est le mot! C’est bien la pureté du travail qui nous a interpellé. Pour tout vous avouer, nous n’étions au départ pas très convaincus de la légitimité de cette exposition au Centre Pompidou. Jeff Koons dont on ne sait pas vraiment s’il est un trader de Wall Street devenu artiste ou un artiste devenu trader, dont les oeuvres pourraient être taxées de décoratives ou commerciales, qui fait travailler un atelier de plusieurs dizaines de personnes et ne lésine sur aucun moyen pour faire aboutir ses projets avait-il sa place dans ce temple parisien du Fine Art?
La réponse est celle-ci: Nous avons été bluffés et même émerveillés par la façon dont ce magicien des formes, des textures et des couleurs a réussi à brouiller les cartes de nos certitudes. Ce sont bien des chefs-d’oeuvre à la qualité de réalisation exceptionnelle que nous pouvons admirer au 6 ème étage du Musée National d’Art Moderne.

L’exposition s’organise en sections relatant historiquement les différentes périodes de l’oeuvre de l’artiste:

INFLATABLES (1976-1977):

inflatableflowers_1140

Jeff Koons, Inflatable Flowers (Short Pink, Tall Purple), 1979. Vinyl, mirrors, and acrylic; 16 × 25 × 18 in. (40.6 × 63.5 × 45.7 cm). Collection of Norman and Norah Stone. © Jeff Koons

C’est sa première série aboutie; Des jouets gonflables sont disposés sur des miroirs. Sa démarche artistique est d’utiliser des objets existants comme oeuvres d’art à la manière des « ready-made » de Marcel Duchamp.

PRENIEW- THE NEW (1979):

aspirateur JK

« New Hoover celebrty III’s », 1980. Collection of Jeffrey Deitch. ©  Jeff Koons

Montrer une série d’objets domestiques comme moyen d’émancipation.

EQUILIBRIUM ((1983-1985)

one-ball

Jeff Koons, One Ball Total Equilibrium Tank (Spalding Dr. J 241 Series), 1985. Glass, steel, sodium chloride reagent, distilled water, and basketball; 64 3/4 × 30 3/4 × 13 1/4 in. (164.5 × 78.1 × 33.7 cm). B.Z. and Michael Schwartz. ©Jeff Koons.

Une série sur le sport comme moyen d’ascension sociale. A partir de cette période, l’artiste reproduit en bronze des objets à l’identique. Il s’amuse à brouiller nos perceptions.

LUXURY ET DEGRADATION (1986)

86LuxuryADegradation

luxury_and_degradation_e.2013.0051_jim_beam--j.b._turner_train_1140

Jeff Koons, Jim Beam—J. B. Turner Train, 1986. Stainless steel and bourbon; 11 × 114 × 6 1⁄2 in. (27.9 × 289.6 × 16.5 cm). Private collection. © Jeff Koons

C’est un ensemble de reproductions d’affiches sur toile et de répliques en acier inoxydable d’objets liés à la consommation d’alcool.

STATUARY (1986):

expo jeff koons au centre pompidou paris-novembre 2014

Jeff Koons, Rabbit, 1986. Stainless steel; 41 × 19 × 12 in. (104.1 × 48.3 × 30.5 cm). Museum of Contemporary Art Chicago; partial gift of Stefan T. Edlis and H. Gael Neeson, 2000.21. © Jeff Koons

Représentations statuaires en acier inoxydable.

BANALITY (1988):

20150311_130424

Jeff Koons, Bear and Policeman, 1988. Bois polychrome; 85 × 43 × 37 in. (215.9 × 109.2 × 94 cm). Artist’s proof. Collection of Jeffrey Deitch. © Jeff Koons

20150311_130513

Jeff Koons, Ushering in Banality, 1988. Bois polychrome; 38 × 62 × 30 in. (96.5 × 157.5 × 76.2 cm). Private Collection. ©Jeff Koons

20150311_130448

Jeff Koons, Michael Jackson and Bubbles, 1988. Porcelaine; 42 × 70 1⁄2 x 32 1⁄2 in. (106.7 × 179.1 × 82.6 cm). Private collection. © Jeff Koons

20150311_130755

Chat sur une corde à linge (jaune), 1994-2001, sculpture en polyéthylène, (c) Jeff Koons

Jeff Koons ne se contente plus de reproduire des objets, à partir d’images populaires, il fait réaliser en trois dimensions en bois et en porcelaine par des artisans des sculptures d’une extrème précision.

CELEBRATION (1993-1994):

Coeur JK

20150311_130614

Jeff Koons, Balloon Dog , 1994–2000. Mirror-polished stainless steel with transparent color coating; 121 × 143 × 45 in. (307.3 × 363.2 × 114.3 cm). Private collection. © Jeff Koons

Sculptures monumentales avec des peintures réalisées par des assistants. Techniques très complexes et onéreuses.

MADE IN HEAVEN:

mih1_sm

eff Koons, Made in Heaven, 1989. Lithograph on paper on canvas; 125 × 272 in. (317.5 × 690.9 cm). Rudolf and Ute Scharpff Collection. ©Jeff Koon

Variation autour du couple qu’ont formé Jeff Koons et la star italienne du porno, la Cicciolina. On trouve là des sérigraphies sur toile, des  bois polychrome, du cristal de Murano et des motifs sculptés issus de l’univers de la jeune femme.

EASY FUN- ETHEREAL (1999):

20150311_131432

Jeff Koons, Elephant, 2003. Mirror-polished stainless steel with transparent color coating; 36 1⁄2 x 29 × 19 in. (92.7 × 73.7 × 48.3 cm). Private collection. © Jeff Koons

Cette section comprend un ensemble de miroirs découpés colorés de forme animale ainsi que des toiles peintes. Période contemporaine de CELEBRATION.

POPEYE- HULK-ELVIS ( 2002-2004):

20150311_131609

20150311_132436

Jeff Koons, Hulk (Organ), 2004–14. Polychromed bronze and mixed media; 93 1⁄2 x 48 5⁄8 x 27 7⁄8 in. (237.5 × 123.5 × 70.8 cm). The Broad Art Foundation, Santa Monica. © Jeff Koons

Une série de superhéros en aluminium peint.

ANTIQUITY (2008):

20150311_132211

Jeff Koons, Balloon Venus (Orange), 2008–12. Mirror-polished stainless steel with transparent color coating; 102 × 48 × 50 in. (259.1 × 121.9 × 127 cm). Collection of the artist. © Jeff Koons

20150311_132244

En référence aux oeuvres antiques.

GAZING BALL (2013):

tumblr_mt3yc6pyoI1sqkhw2o1_500

C’est la dernière série connue de l’artiste, constituée de moulages de plâtre blanc de chefs-d’oeuvre de la sculpture classique ornés d’une boule de verre soufflé bleu, décoration typique de Pennsylvanie d’où Jeff Koons est originaire.

Cette exposition enchantera grands et petits, n’hésitez pas à y aller en famille en évitant toutefois l’alcôve consacrée à la relation passionnée de l’artiste avec celle qui fût sa femme.

Bonne visite!

CENTRE POMPIDOU
6 ème étage, galerie 1
Place Georges Pompidou
75001 Paris
Jusqu’au 27 avril 2015.

Info +: Des ateliers pour enfants autour de l’exposition sont proposés à partir de 2 ans.

A bientôt sur GRAFFITI!

GRAFFITI est un blog indépendant.

Pour toute information: contact@studiolo-paris.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s